Je veux une imprimante 3D métal pour Noel

HP Metal Jet, la nouvelle technologie d’impression 3D métal de HP

L’américain HP l’annonçait plus tôt cette année, il va bel et bien se lancer dans le domaine de la fabrication additive métal. Une annonce confirmée à l’occasion du salon IMTS de Chicago. Le constructeur, désormais l’un des plus importants revendeurs d’imprimantes 3D professionnelles du marché, a ainsi présenté sa technologie HP Metal Jet ainsi que le déploiement d’un service d’impression 3D métal, Metal Jet Production Service, opérationnel à partir de 2019.

La nouvelle machine reposera sur une technique de liage de poudre inspirée du MIM (Metal Injection Molding). HP annonce qu’elle devrait permettre une production en série 50 fois supérieure en termes de productivité comparée aux autres solutions de liage et frittage de poudre métallique, tout en réduisant les coûts par deux.

La fabrication additive métal est en plein boom avec une hausse de 80% des solutions vendues l’année dernière selon le Wohlers Reports 2018. Il suffit de voir le nombre de fabricants qui se lancent sur ce créneau, avec une volonté commune de baisser les prix pour rendre la technologie plus accessible. HP n’est pas une exception ; l’américain, à l’origine du procédé Multi Jet Fusion, a présenté sa machine métal qui devrait être disponible à la vente à partir de 2020 dans certains pays et de 2021 dans le monde entier.

La solution HP Metal Jet

La technologie HP Metal Jet reposera sur la projection de liant et d’une poudre métallique, solidifiés couche par couche. Le liant est ensuite éliminé directement dans l’imprimante 3D, tandis que l’étape de frittage doit être réalisée dans un four adapté. La première machine métal de HP devrait disposer d’un volume d’impression de 430 x 320 x 200 mm. Le procédé permettra de produire des pièces en acier inoxydable avant de se tourner vers d’autres métaux comme le titane.

La machine HP Metal Jet est annoncée à un prix inférieur à $399 000 et devrait être livrée aux premiers utilisateurs en 2020 puis à tous à partir de 2021. Avec ce prix, le constructeur américain se positionne sur le créneau des machines industrielles de type 3D Systems, EOS ou Arcam, mais à l’inverse des startups Desktop Metal et Markforged qui proposent des équipements à bas prix.

« Nous sommes au cœur d’une révolution industrielle numérique qui transforme l’industrie manufacturière évaluée à 12 milliards de dollars. HP a contribué à cette transformation en innovant dans la production de masse de pièces en plastique en 3D et nous accélérons le processus avec HP Metal Jet, une technologie d’impression 3D métal révolutionnaire, a déclaré Dion Weisler, PDG de HP Inc.  Les conséquences sont énormes : les secteurs automobile, industriel et médical produisent à eux seuls des milliards de pièces métalliques chaque année. La nouvelle plate-forme d’impression 3D Metal Jet libère la conception, améliore la rapidité, la qualité et la rentabilité, permettant alors à nos clients de repenser la façon dont ils créent, fabriquent et offrent de nouvelles solutions dans l’ère du digital. »

Des partenaires stratégiques pour HP Metal Jet

En parallèle de ce lancement, HP annonce la signature de deux partenariats stratégiques pour commencer le déploiement de sa solution de fabrication additive métal. Il va en effet travailler avec GKN Powder Metallurgy qui installera les machines dans ses usines pour fabriquer des pièces métalliques fonctionnelles pour des leaders de l’automobile et de l’industrie comme Volkswagen et Wilo. Le constructeur automobile allemand a d’ailleurs commencé la production de pièces imprimées en 3D comme des pommeaux de levier de vitesse et des supports de rétroviseurs. GKN Powder Metallurgy produit plus de 3 milliards de composants par an et espère imprimer des millions de pièces d’ici l’année prochaine.

Son CEO, Peter Oberparleiter explique : « La nouvelle technologie HP de Metal Jet nous permet d’étendre nos activités en exploitant de nouvelles opportunités dont les coûts étaient auparavant bien trop élevés. En combinant nos forces avec celles de HP, nous allons accélérer la productivité et la capacité de nos clients à des niveaux sans précédent basés sur les avantages économiques et techniques de la technologie HP Metal Jet.«

Enfin, afin de servir l’industrie médicale, HP a contracté un partenariat avec Parmatech pour produire des pièces à des clients comme OKAY Industries, Primo Medical Group et d’autres spécialistes du secteur. L’entreprise californienne espère ainsi fabriquer des pièces complexes comme des instruments chirurgicaux endoscopiques.

Un service d’impression 3D métal

Le fabricant américain en a également profité pour dévoiler le lancement de son service d’impression 3D à la demande, Metal Jet Production Service. Au premier trimestre 2019, les clients de HP pourront ainsi télécharger leurs fichiers 3D sur la plate-forme et recevoir leurs pièces métalliques imprimées en 3D quelques temps après. Elles seront conçues par ses deux partenaires, GKN Powder Metallurgy et Parmatech. Une stratégie de vente de machines associée à de la prestation de service calquée sur d’autres géants du secteur comme 3D Systems, Stratasys ou Prodways en France.

Source: https://www.3dnatives.com